Ponencias del Seminario de Metodología Los aportes de la antropología de la infancia (VIII). La restitución etnográfica y los niños. dispositivos, procesos y posturas (2017)

Resúmenes de ponencias

 

Temporalities and forms of restitution in two ethnographic cases with children from the Altiplano potosino and ludar in Mexico/Formas de restitución y temporalidades en dos casos etnográficos con niños del Altiplano potosino y ludar de México.

Neyra Patricia Alvarado Solís

El Colegio de San Luis A.C.

nalvarado@colsan.edu.mx

En esta propuesta y a partir de dos investigaciones antropológicas con niños, interesa reflexionar sobre las diferentes formas que adquiere la restitución -desde las más clásicas denominadas “devolución de resultados de investigación” en donde los niños son considerados, hasta las formas cotidianas- tanto en un proyecto de antropología aplicada extendido en el tiempo (Altiplano potosino, 2006-2017) como en uno de investigación en curso (ludar que circulan el norte de México, 2009-2017). </p

La observación participante y la frecuentación en el tiempo -entre la población concernida (ancianos, adultos, niños) y la investigadora- permiten identificar diferentes formas de restitución, así como las temporalidades que hacen posible su existencia. ¿Cuál es la especificidad de la restitución infantil en estos entornos?, ¿cuál es la contribución del trabajo de campo de larga duración en la identificación de esas diferentes formas de restitución? ¿cuáles son las temporalidades que hacen posible las diferentes formas de restitución? Y ¿cuáles son las enseñanzas de esta reflexión temporal y de las formas de restitución para la antropología?

***

In this proposal and based on two anthropological investigations with children, it I interesting to reflect on the different forms that restitution acquires – from the more classic “return of research results” in which children are considered, to everyday forms – in one project of applied anthropology extended in the time (Altiplano potosino, 2006-2017) as in one of investigation in course (ludar that circulate the north of Mexico, 2009-2017).

Participant observation and frequenting in time – between the population concerned (elderly, adults, children) and the researcher – allow to identify different forms of restitution, as well as the temporalities that make possible its existence. What is the specificity of child restitution in these places? What is the contribution of long-term field work in identifying these different forms of restitution? What are the temporalities that make possible the different forms of restitution? And what are the learned things of this temporal reflection and the forms of restitution for anthropology?

 

Pabbondiral ou Jeu de moquerie basé uniquement sur des critères physiques chez les enfants du village de Djéwol (Mauritanie).

Aboubakry Sow

Universidad de Lieja, Bélgica

aboubakry.sow@doct.ulg.ac.be

Tout peuple possède un héritage traditionnel, symbole d’une culture et d’une personnalité commune à tous les groupes sociaux qui le compose, et qui se développe dans divers contextes: éducatif, ludique, formatif et performative, représentant ainsi une importante source de connaissance au niveau historique et anthropologique des sociétés modernes.

Chez les communauté haalpulaar et soninké du village de Djéwol existe le denɗiraagal en pulaar ou koulangaraxu en soninké, une sorte d’institution permettant d’établir une relation ou une parenté à plaisanterie avec autrui selon l’appartenance communautaire, familiale, professionnelle et/ou selon niveau de rang social occupé et qui se base essentiellement sur la moquerie. En revancha pour mettre en ouvre le denɗiraagal, les partenaires doivent obligatoirement faire recours à un procédé nommé yano. Ainsi, le yano sert à activiter ou à désactiver le denɗiraagal. Au nombre des différentes techniques de yano utilisées dans la parenté à plaisanterie dans le village, il existe trois critères qui sont plus fréquents : les critères expressifs et sonores (Ehnaade, Furƴinde, Ufnaade, etc.), ensuite les critères gestuels (Gaajondiral et falaade, etc.), et enfin les critères formels (Gaybondiral, Jennondiral, Puuntondiral, etc.). C’est au niveau de ce dernier point que se situe le pabbondiral, un jeu de plaisanterie réservé aux enfants. Cette technique vise, dès leur plus jeune âge, à leur enseigner certaines valeurs comme le mu.al (maîtrise de soi, tolérance), hettaade (écoute) et le njalniika (humour), capables de rendre paisibles les rapports avec l’autre. Le pabbodinral vient du verbe fabbade qui signifie « énoncer les défauts physiques de l’autre ». Les enfants de la même classe d’âge se prêtent à des duels de pabbodinral en présence de leurs parents. Le pabbodinral chez les haalpulaar fait partie d’un apprentissage indispensable pour les enfants dès l’âge de cinq ou six ans. Il participe durant son éducation au mu.al – du verbe mu.de en pulaar qui signifie : patienter –, autrement dit à la maîtrise de soi et à la tolérance. On peut faire le parallèle avec l’apprentissage, dès le plus jeune âge des relations sociales codifiées (à plaisanterie ou d’autorité) chez les soninké tel que souligné par Razy (2007) : « Le rasage de la tête peut faire l’objet de plaisanterie par les partenaires qui entretiennent ce type de relations avec l’enfant » (Razy 2007 : 158).

À Djéwol en Mauritanie, autant chez les soninké que chez les haalpulaar, les premiers jours du rasage de la tête d’un enfant (le plus souvent il s’agit d’un garçon) peuvent conduire les proches (en plaisantant) de lui demander de leur accorder un tonkere. L’enfant est alors libre d’accepter ou de refuser. Le tonkere en pulaar vient du verbe tonkude qui consiste à donner un petit coup par derrière d’un doigt plié – le plus souvent le majeur ou l’index –, sur la tête fraîchement rasée d’un enfant. Mais souvent, en lui demandant son accord et surtout en lui expliquant qu’il peut faire pareil une fois que son partenaire aura rasé sa tête. C’est sur cet aspect de mu.al, tolérance, et de maîtrise de soi que repose l’enseignement de cette plaisanterie. Même si l’enfant peut aussi se rendre compte par lui-même que ses partenaires féminines qui lui demandent le tonkere, ne se rasent pas souvent la tête pour qu’elles puissent s’acquitter de leur dettes de tonkere d’où le refus. En revanche, entre garçons cela peut souvent marcher au-delà de la petite douleur passagère relative au petit coup de tonkere, l’enfant apprendra à attendre son tour, c’est-à-dire le jour où son partenaire rasera sa tête. Il demandera aussi un tonkere et cela se passe souvent devant les témoins qui sont souvent les proches de l’enfant.

Le pabbondiral quant à lui consiste pour deux enfants – souevnt de même âge, mais peu importe leur sexe –, à se tenir debout l’un face à l’autre et, à tour de rôle, à comparer une caractéristique physique de l’autre à des choses drôles. Par exemple : « ƴeew noppi elle mbeɗaaba saa.o (Regarde tes oreilles, on dirait celles d’un âne, auquel on tend le foin !) ». Et l’autre répond : « ƴeew gite elle hoore nawaande (Regarde tes yeux, on dirait une tête rôtie!) ». Il faut souligner que toute la thématique du pabbodiral tourne autour de l’apparence physique. Tout autre sujet hors de ce cadre est disqualifié par le public. Après chaque moquerie prononcée par l’un des enfants, et si celui-ci se sent vexé, les gens présents crient : « Yofto, yofto (Vas-y, réponds !) ». La manière dont cette phrase est prononcée par le public incite l’enfant à faire preuve de plus d’imagination pour se défendre. Toutefois, le premier enfant à céder à la colère et à vouloir en venir aux mains est perdant selon les règles du jeu de pabbondiral. Il recevra alors des conseils de la part des adultes présents pour l’occasion. Quant au second enfant, il se verra immédiatement proposer un nouveau duel avec un autre de son âge. À travers le pabbondiral, l’enfant apprend trois éléments importants pour sa vie future :

– La prise de parole en public avec humour et face à l’adversité ;

– L’acceptation des moqueries, la maîtrise de soi, et la patience d’attendre son tour pour répliquer ;

– La persévérance pour aller jusqu’au bout du duel ou contraindre son adversaire au renoncement en se montrant plus imaginatif. L’expérience que l’enfant acquiert du jeu de pabbondiral crée chez lui une capacité à mémoriser des formules, lui permettant, par sa seule imagination, d’improviser de lui-même un discours sur les défauts physiques de l’autre.

 

Sens uniques, doubles sens et impasses de la restitution ethnographique. L’exemple de la recherche action participative « En quête de mémoire » (Paris, France)/Sentidos únicos, dobles sentidos e impasse de la restitución etnográfica. El ejemplo de la investigación acción participativa “En búsqueda de memoria” (París, Francia)

Élodie Razy

Profesora de antropología

Université de Liège (FaSS, LASC)/Profesora invitada (ColSan, México)

Elodie.Razy@ulg.ac.be

À partir de l’expérience d’une recherche action participative menée à Paris en 2007 avec des enfants et des jeunes issus de familles migrantes et nés ou ayant grandi en France, je propose de réfléchir à différents aspects de la restitution. Après avoir donné quelques éléments sur les activités menées dans le cadre de la recherche intitulée « En quête de mémoire », j’analyserai, à partir de quelques exemples, les « sens uniques », les « doubles sens » et les « impasses » des processus de restitution entre les différents acteurs impliqués, les enfants, les jeunes et l’anthropologue du projet, et ceux issus de la sphère familiale, associative, universitaire et politique. Cette étude de cas, exemplaire par la diversité des processus à l’œuvre et des enjeux qu’elle dévoile, permettra de discuter des limites rencontrées, parfois renégociées ou encore subies, par l’anthropologue impliqué.

***

A partir de una experiencia de investigación participativa que realicé en Paris, en 2007, con niños y jóvenes nacidos o criados en Francia, y que pertenecen a familias migrantes, propongo reflexionar sobre varios aspectos de la restitución etnográfica. En primer lugar, proporcionaré algunos ejemplos de las actividades realizadas en el marco de la investigación llamada “En búsqueda de memoria”. Luego, retomando algunos ejemplos, investigaré los “sentidos únicos”, los “dobles sentidos” y los impasses de la restitución etnográfica entre todos los actores involucrados, niños, jóvenes, la antropóloga, y aquellos del ámbito familiar, asociativo, académico y político. Este estudio de caso sirve de ejemplo típico, debido a la diversidad de los procesos y de los retos que revela; nos permite examinar los límites que encuentra el antropólogo implicado en su trabajo de campo, los cuales se pueden a veces renegociar o a los cuales se debe someter.

 

La restitution comme traduction tout au long du terrain. Echanges avec des jeunes enfants (5-8 ans) au cours d’une ethnographie à Liège (Belgique)

Marie Campigotto

Universidad de Lieja, Bélgica

Marie.campi@hotmail.com

Au départ d’une vignette de terrain décrivant une situation où je consulte l’avis d’une fille de 8 ans à l’époque (novembre 2015) sur ma manière de comprendre le partage et plus généralement les échanges entre enfants, ma communication s’articule autour de trois thèmes : la parole des enfants, la compréhension réciproque des activités des uns (enfants « enquêtés ») et de l’autre (adulte « enquêteur » aux casquettes multiples) et finalement les modalités de communication au sujet de ces activités. Par là j’entends discuter le dispositif de restitution tel qu’il se pratique tout au long du déroulement d’un terrain ethnographique.

Une dimension transversale de l’idée de restitution dans le cadre d’une enquête ethnographique est le fait de l’échange. Il s’agit notamment de la circulation d’idées entre l’ethnographe et ceux avec qui il travaille. Quand il en va d’enfants, se posent d’emblée les questions, à la fois éthiques et heuristiques, de leur parole et de leur aptitude à comprendre les paroles et actes du chercheur.

La première est communément associée à des valeurs contradictoires. Bien précieux par son authenticité et sa fragilité, il est à protéger et à chérir. Mais d’autre part cette parole est associée à la labilité, à la fabulation, au mensonge ; à cet égard il faut s’en méfier. L’aptitude que les enfants ont à concevoir des idées et actes adultes (dont la complexe et technique démarche de « recherche anthropologique ») fait l’objet de soupçons : surtout petits, les enfants seraient inaptes à comprendre, ou alors il est nécessaire d’utiliser des détours et stratagèmes. Cette représentation rencontrée chez de nombreux adultes responsables dans l’entourage des enfants avec qui j’ai travaillé se retrouve aussi dans différents types de littératures « savantes » concernant les bambins et leur « éducation ». Dans la réalité de mon terrain, un des défis éprouvés surtout lors de mes premières démarches, a consisté à me faire comprendre des enfants, mais aussi et surtout à moi-même les comprendre. Cela a nécessité des adaptations de langage de part et d’autre, soutenues par la volonté de se comprendre — sans quoi les efforts d’adaptation eurent été vains. Et cette volonté de compréhension mutuelle a nécessité d’expliciter souvent des éléments qui, en situation de commerces relationnels « normaux » pour eux et moi, seraient restés tacites : des normes, la signification de codes non-verbaux, l’intérêt de certaines pratiques, la valeur de certaines idées, …

Finalement, réfléchir à des évènements apparemment anodins du terrain qui concernent la communication avec les enfants rappelle les enjeux fondamentaux de tout travail ethnographique, et reconduit à la question de la restitution qui advient en continu comme effort de traduction. Si en effet toute démarche ethnographique se fonde sur le projet de comprendre une réalité peu ou pas connue, et si sa finalité est bien celle de traduire cette réalité en des mots (parfois jargonnants) qui la révèlent sous un jour plus manifeste, la question est aussi de savoir : pour qui ? Et également : à quel(s) moment(s) ? La traduction n’advient pas uniquement pour la supposée communauté d’appartenance du chercheur à la fin de son travail d’écriture. Elle advient aussi pour le chercheur lui-même, tout au long de son terrain : par les « enquêtés » eux-mêmes, tandis qu’ils se racontent, et à leur destination, tandis que le chercheur d’une part tente de se raconter à son tour, et d’autre part confronte ses intuitions aux avis des enquêtés. Au sein de tels échanges, il y aura inévitablement des « malentendus », des « mensonges » ou « fabulations ». Il ne s’agit pas d’attributs essentiels de la parole et de la cognition de jeunes enfants. C’est le lot de toute communication (verbale) humaine, et c’est le lot de toute traduction.

 

Procesos cotidianos de restitución en un proyecto educativo de investigación y acción / Daily restitution processes in an educational research and action project

Guadalupe Reyes Domínguez

Universidad Autónoma de Yucatán

mardomin@correo.uady.mx

Esta ponencia busca reflexionar críticamente los procesos de restitución desarrollados, entre tropiezos, aciertos y casualidades, en un proyecto de servicio social universitario, en el cual la investigación etnográfica y la atención de una problemática educativa quedaron paulatinamente enlazadas, retroalimentándose mutuamente.

Inicialmente se trataba de dos procesos distintos: por un lado, la Universidad Autónoma de Yucatán había iniciado un programa de apoyo a primarias públicas de Mérida, buscando mejorar el desempeño académico de los niños mediante una estrategia personalizada de vinculación social y afectiva entre estudiantes del nivel superior y niños de contextos vulnerables. Para los jóvenes participantes pronto resultó evidente que sabían poco de los niños, de sus vidas, de sus formas de ver el mundo y que, a ese respecto, los chicos eran los maestros, por lo que había que escucharlos; si deseaban lograr en los niños una mejora académica, era necesario incorporar sus inquietudes, sus propuestas, sus estilos de interacción, sus ideas y reflexiones a la planeación, organización y evaluación cotidiana del trabajo que juntos realizaban.

Paralelamente a las labores que en dicho programa yo llevaba a cabo como supervisora, inicié una investigación que tenía como propósito indagar cómo vivían y significaban su experiencia infantil los niños de ascendencia maya residentes en colonias populares de Mérida y en la periferia de ésta; en particular me interesaba entender cómo los niños en un contexto de acelerados cambios culturales percibían su condición de niños y cómo se había transformado la infancia al paso de las generaciones. Las sedes donde se llevaba a cabo el programa de servicio social descrito fueron lugares idóneos para una investigación que tenía como parte de sus premisas metodológicas: 1) el reconocimiento de los niños como actores sociales por derecho propio; 2) el lugar central de los menores de edad cómo la fuente más fiel para la comprensión de sus vidas; 3) la disminución de la habitual jerarquía adulto – niño, mediante el acercamiento a las voces infantiles en contextos lúdicos y con poca injerencia de padres, maestros y otros cuidadores habituales.

La ponencia describe cómo estas dos experiencias fueron entretejiéndose y cómo las sesiones de servicio social fueron el sitio primario de diálogos interculturales, generadores de información y cuestionadores de relaciones de poder y, a la vez, el espacio de retribución a los niños por todo lo que ellos contribuían a nuestra comprensión no sólo de sus vidas y experiencias, sino también de nuestras miradas parciales y cargadas de prenociones.

***

This paper seeks to critically reflect on the processes of restitution developed, between stumbles, successes and coincidences, in a project of university social service, in which ethnographic research and attention to an educational problem were gradually linked, giving each other feedback.

Initially, there were two different processes: on one hand, the Autonomous University of Yucatan had initiated a program of support for public primary schools in Mérida, seeking to improve the academic performance of the children through a personalized strategy of social and affective bonding among University students and children from vulnerable backgrounds. It soon became evident to the young participants that they knew little of the children, their lives, their ways of seeing the world, and that, in that respect, the boys were the teachers, so they had to be heard; if they wanted the children to achieve an academic improvement, it was necessary to incorporate their concerns, their proposals, their interaction styles, their ideas and reflections into the planning, organization and daily evaluation of the work that they performed together.

Parallel to the work that I had carried out as a supervisor in this program, I began an investigation to research how the children of Mayan ancestry in the popular neighborhoods of Mérida and on it’s periphery lived and understood their childhood experience; in particular I was interested in understanding how children in a context of accelerated cultural changes perceived their status as children and how childhood had been transformed through the passing of generations. The locations where the social service program took place where ideal for an investigation that had as part of it’s methodological premises: 1) the recognition of children as social actors in their own right; 2) the central role of minors as the most faithful source for understanding their lives; 3) the reduction of the usual adult – child hierarchy, by approaching children ‘s voices in playful contexts and with little interference from parents, teachers and other habitual caregivers.

The paper describes how these two experiences were intertwined and how social service sessions were the primary site of intercultural dialogues that generated information, questioned power relationships and, at the same time, the space of retribution to children for all they contributed to our understanding not only of their lives and experiences, but also of our biased looks, loaded with stereotypes.

 

Among devils and clubs: the role of the Pharisee children in the pame Holy Week of Ciudad del Maíz and its restitution (México).

León García Lam

Doctorante IIA

Universidad Autónoma de México

guaname@gmail.com

The indigenous world of Ciudad del Maíz, San Luis Potosí, deteriorated and colonized, still resists the onslaughts of globalization and integration. By means of an unimaginable geometry, the elements that make up the social field of these natives finally find their way back and stabilize against the increasingly violent waves of modernity and hegemony.

For the realization of ceremonials, children are a fundamental ingredient. Their participation is part of a complex network of reciprocities, between people, beings of the hill and supernatural entities. Let us say that seen as social static, the field of children is offered, offers and receives goods and symbols that generate the illusion of a stability of the social system.

I will mainly refer to the role of the pame children as pharisees of the holy week, whose main task is to accompany the ceremonial processions with their poles (clubs), which implies not a few risks for them, such as burns and blows caused by pyrotechnics . I will explain what the children offer and what they receive in return, which will allow us to understand the deep motives of their participation and with it, to propose a means to listen to the “voice” of the children and be able to be consistent with their respective restitution.

 

Promotion of children’s etnographic restitution through culture in indigenous populations

Gisela Lilian Jardon Bazaldua

Universidad del Valle de México campus San Luis Potosí

gisela.jardon@outlook.es

The restitution, according to the dictionary of the Spanish real academy, comes from the Latin in íntegrum which means the reintegration of a minor or any other person into all their rights and actions, it’s about giving back, a right that should have been guaranteed because according to general law of the rights for boy, girls and teenagers on its first article section III, it mentions that the state has to accomplish with the responsibility of guaranteeing protection, prevention and integral restitution of the rights of boys, girls and teenagers that has been violated.

Therefore, as it is mentioned on the third chapter if the right of the identity article 19, the kids have the right to preserve it, including their name, nationality and cultural belonging, so as their family relationships.

In relation to the freedom of expression and access to information, must of the times, parents, tutors or responsable, we take decisions that involve the minors without consulting about with they think, they want or what they believe.

That is why it is of mayor importance to retake the duty of the cultural restitution for the boys, girls and teenagers that come from indigenous or native communities that belong to the state of residence considering their opinion and point of view.

In the infant restitution, we can take as the specificity, the cultural identity as a starting point to look for strengthening their identity through the recognition of their mother tongue or dialect getting back to appropriate it

It is very important to detect the cases of restriction and susceptibility that can be found in infants that none necessarily have or can be an act of discrimination for its ethnic origins.

As an example of a possible case of discrimination, that can take to an infant restitution, has to be considered as a focal point the dialect or mother tongue as a cultural patrimony that could have been lost because of the transition of culture happened when migrating from an original place of living to an urban center or been born in this same place. With this project of infant restitution of indigenous or native societies it can be accomplish a reintegration to a culture of their own with which will be looking for generate on the politics in charge to create awareness and rethink the manners and ways of working on fomenting and propose how to retake the traditions, dialects and the native culture that has end up forgotten because of a lack of a cultural development.

Likewise… this opens a new paradigm about searching for a cultural identity, demonstrating that if an infant restitution happens inside the native and indigenous communities culturewise, traditions and native dialects it is possible to obtain ethnographic material for new researches in the insides of Mexican communities and our own culture allowing with this to enforce history and an anthropological community analysis about the settlement of native or indigenous communities.

 

El silencio y el juego

Mayra Margarita Muñoz López

Maestría en Antropología Social

El Colegio de San Luis, A.C.

sabinetlacael@gmail.com

El primer día de trabajo de campo inevitablemente termino en una encrucijada; en silencio y con la pregunta latente del ¿Qué hacer? −usualmente tengo  la idea de anunciar mi llegada−. Como si con las palabras se efectuara el acto seguido de mi presencia, como si el nombramiento de los actos justificara mi estancia en ese lugar. Justo como el Arcadio que leía un pergamino escrito hacia cien años y que al momento de leerlo, se iban cumpliendo las palabras y las cosas como profecía.

“He llegado” −he querido anunciar−, pero siempre me parece absurdo, así que renuncio a la idea y absuelvo caminar, saludar e intentar desenvolverme, hasta que un día, mi presencia resulta cotidiana.

Pese a las dificultades para adentrarse al campo puedo decir que los niños han facilitado este proceso, porque son ellos quienes anuncian mi presencia. En cuanto me ven en la calle me siguen con miradas sigilosas, se aproximan con curiosidad y muy pronto comienzan a evocar recuerdos, de la misma manera que van nombrando las nuevas actividades y los planes futuros en los me incluyen. Por eso les he nombrado como mis guías en mi trayecto etnográfico. He buscado formas de agradecer todo lo que hacen por mí, pero no he encontrado cosa más afectiva y de justa medida, que el silencio y el juego.

Hace unos días por ejemplo; mientras estábamos en la toreada decidieron explicarme la manera en que se efectuaba el acontecimiento, mientras ellos me revelaban sus inferencias, yo les otorgue el silencio. A los niños les agrada contarme con lujo de detalle porque asumen mi ignorancia, ellos se proclaman mis salvadores, porque en el fondo, todo lo que hacen les permite sentir que tiene algo que enseñar.

Los niños valoran que les escuche, por ello continuamente me invitan a sus juegos en los que consecutivamente intercambiamos elementos simbólicos y materiales. Estos intercambios permiten un continuo movimiento que trasforma la energía en reposo- (el silencio) a fluidez y dinámica en la interacción y el diálogo.

Un día me invitaron a jugar futbolito. (Sólo traían 5 pesos) jugaron cinco partidos. Cuando parecía que el juego había terminado, decidí invitarles 5 partidos más. No como un pago, sino como una estrategia que ampliaba la posibilidad de continuar interactuando con ellos.

Otras veces ellos mismos me han pedido que les haga compañía en los juegos, “que permita que me peinen” me pinten las uñas etcétera. El asunto de intercambio no es solo de pasar tiempo con ellos, es que acceda adentrarme en su diálogo simbólico, sin romperlo, sin mencionar la mentira y la falta de realidad que continuamente los adultos ven en sus juegos.

Estar en el juego significa mantener el orden de la fantasía-realidad que ellos han establecido, Por ejemplo, cuando juegan a las “comiditas” es necesario “probarlas” de mentiritas, lo que implica oler y dejarse circundar por el contexto de la actividad lúdica. −Todos saben que los recipientes contienen lodo, pero les encanta imaginar  que son frijoles, carne etcétera−. Adentrarse en el juego implica ampliar el diálogo, en el que muchas veces se expresan las percepciones de las degustaciones: “la comida es muy salada”, “es caliente”, eso permite  reinventar la percepción del campo lúdico y brinda la oportunidad de nuevas formas de interacción. Los niños cocineros de inmediato dicen: “no te preocupes lo arreglaré”, “le pondré agua, la agitaré, le soplare”. Jugar con los niños fue una respuesta a sus peticiones −como una forma de restitución−, pero también el juego ha sido un motor de interacción que me ha permitido reconstruir y aprender con los otros.

 

The ethnographical restitution in a context of violence against indigenous and urban children refugees, living in a capital city of South America. a case study in three depressed and violent contexts in Bogotá, Colombia.

Magdalena Peñuela Uricoechea & Juan Roberto Rengifo Gutiérrez

Universidad Javerina, Colombia/Flacso, Argentina

mmpenuela@javieriana.edu.co/rengifojuan12@gmail.com

This paper examines the relationships between the production of anthropological knowledge and the social experience of children’s violence in three depressed and violent contexts of Bogotá, Colombia: Fábrica de Loza, Lucero Bajo and San Bernardo. Those are popular neighbors, located at the central-south part of the city,  that are characterized by having a group of refugees  indigenous and urban children, who suffered intraurban and intern displacement in the city and from different regions, such Chocó as a consequence of the violence produced during the Colombian Internal Armed Conflict. The field work took place between 2003, 2008 and 2010, respectively. Considering that it is through “the lived experience” in the field that ethnographical restitution with children can be produced, it is argued that there are two conditions that allow the construction of restitution as a social, historical and political situated practice with children: the condition of displacement and the artistic and body experience of silence, which are detonators of resilience processes. The possibility of comparison (between urban and indigenous children), shows that each of these conditions suggest to the children’s ethnographical restitution processes as a field of anthropological knowledge, in which biographical, historical, and social children’s temporalities are linked with political trajectories, disputes and tensions. These disputes configure children “generational uses” and places that, in the ethnographical case, are central to comprehend some of the positions that infancy and childhood have had during the conflict, in the recent Colombian National-State.

 

The restitution from the daily life of the nahua labor children from Alto Balsas (México)

Rodolfo Antonio San Juan San Juan

Doctorante en Ciencias Sociales

El Colegio de San Luis, A.C.

rawepa@hotmail.com

The paper presented in this seminar describes a series of experiences with the Nahua labor children from Alto Balsas, Guerrero who migrate to the sugarcane area of Autlán de Navarro municipality in Jalisco. I maintain that restitution is a permanent process that is not necessarily given at the end of our investigations.

During my field work the restitution process was carried out on several levels or scales that started from children’s games, being a facilitator of school homework, guarding secrets, collective cleaning tasks, providing computer equipment for homework, to others where they were searched sponsors for children to attend for the first time to enjoy a movie in the city cinema, and another where the children were participants in a radio program where they shared myths and legends of the Alto Balsas in Nahuatl and Spanish with a more broad public that made them visible from their cultural wealth and not necessarily as vulnerable children, is in this point where I will develop my reflection, since from this last example the children had the concern to develop a wider project where other myths were written and Legends, besides including Nahuatl poetry.

I also argue that the ethnographer identifies in the field work one of the most important elements that regulate Nahua culture is based on exchange and reciprocity, not only in adults but also in children, several examples could be mentioned, this relationship between restitution and exchange and reciprocity in children are so intertwined that they will be part of the discussion in the seminar.

The process of restitution is given once confidence is gained, children being excellent informants and being influenced by exchange and reciprocity, other forms of building knowledge and intervention projects are constructed.

 

Restitución: Experiencias de trabajo de campo con niños en la fiesta patronal del Niño Jesús de las palomitas en Tultepec Estado de México

Norma Casas

Doctorante en Ciencias Sociales

El Colegio de San Luis, A.C.

Cassiel_norma@hotmail.com

 

Investigación y restitución. ¿Matrimonio imposible ? A propósito de una investigación con “niños de la calle” (la paz, bolivia)

Charles-Edouard de Suremain

Antropologo, CIESA-IRD

Desde hace ya dos décadas, la adopción de políticas de investigación supuestamente “éticas” engendró, en el mundo del desarrollo, una proliferación de tentativas de restitución de los resultados de los estudios etnológicos en las poblaciones locales a las cuales se refieren. Al inicio de una investigación efectuada en La Paz (Bolivia) – en una estructura totalmente nueva de carácter humanitario especializada en “rehabilitación de niños de la calle” –, los niños me solicitaron para acompañarles en un proyecto de libro con el fin de darse conocer, y de asegurar la promoción de la estructura con la cual se relacionaban. La elaboración de las fotografías y de los textos de los materiales proporcionados por los niños ha sido conducida con la idea de que debía inscribirse en una lógica de restitución, apoyándose desde el principio bajo un enfoque participativo. En ese caso específico, el conjunto del proceso levanta un cierto número de preguntas atadas con las condiciones de la investigación: ¿Habría sido idéntica si los niños no me hubieran formulado dicha petición? ¿He limitado mi investigación a causa de las expectativas de los niños? ¿Hasta qué punto se han apropiado de su libro los niños? Examino aquí los modos cuyo proceso de restitución, implantado simultáneamente a la investigación, conlleva nuevas formas de agentividad pero también de expectativas en al contexto difícil de la infancia al margen de la sociedad.

Palabras claves – Niños de la calle, participación, restitución, Bolivia

***

Depuis déjà deux décennies, l’adoption de politiques de recherche dites « éthiques » a entraîné, dans le monde du développement, une prolifération de tentatives de restitution des résultats des études ethnologiques aux populations locales sur lesquelles elles portent. Au début d’une recherche effectuée à La Paz (Bolivie) – dans une toute nouvelle structure à caractère humanitaire spécialisée dans la « réhabilitation des enfants de la rue » –, les enfants m’ont sollicité pour les accompagner dans un projet d’ouvrage afin de se faire connaître, et d’assurer la promotion de la structure à laquelle ils se rattachaient. La mise en photographies et en textes des matériaux fournis par les enfants a été conduite dans l’idée qu’elle devait s’inscrire dans une logique de restitution, en s’appuyant dès le départ sur une approche participative. Dans ce cas spécifique, l’ensemble de la démarche soulève un certain nombre de questions liées aux conditions de la recherche. Aurait-elle été identique si les enfants n’avaient pas formulé de demande à mon encontre ? Ai-je été limité dans mes recherches du fait des attentes des enfants ? Jusqu’à quel point les enfants se sont-ils réappropriés « leur » livre ? J’examine ici les façons dont le processus de restitution mis en œuvre, simultanément à la recherche, est porteur de nouvelles formes d’agentivité mais aussi d’attentes dans le contexte difficile de l’enfance en marge de la société.

Mots-clés – Enfants de la rue, participation, restitution, Bolivie

 

Enjeux et effets de la restitution dans une institution de réinsertion familiale (Province de Liège, Belgique)

Charlotte Simon

Etudiante en 2ème Master en anthropologie

Université de Liège, Belgique

Dans le cadre de l’appel à communication du séminaire « La restitution ethnographique et les enfants. Dispositifs, processus et postures », je vous soumets cette réflexion basée sur une de mes expériences de terrain. En effet, lors de la réalisation de mon premier master en anthropologie à l’ULg, module « enfance, familles et institutions », j’ai eu l’occasion de réaliser un stage de 22jours. Celui-ci s’est déroulé au sein d’une institution de réinsertion en milieu familial, mandatée par la communauté française : le Chanmurly Nord, à Liège.

Pour cette intervention, j’aimerais vous proposer de répondre à trois questionnements à propos de la restitution et ce dans le cadre précis de mon stage. La première sera de savoir si la restitution est un devoir. La seconde quant à elle portera sur l’impact que peux jouer la restitution sur la production de matériaux ethnographiques et l’approche de l’anthropologue. Et pour finir, je questionnerai la façon dont la restitution peut déconstruire les relations de pouvoirs.

Pour ce qui est de la première interrogation, il faut savoir que dans le cadre de mon stage, la restitution était une condition sine qua non pour sa réalisation. En effet, la demande de l’organisme était claire : je devais produire un écrit réflexif et utile pour l’institution. Cela eu des impacts sur la façon dont j’ai mené mon terrain comme je vais d’avantage l’exposer en abordant la seconde interrogation.

En effet, je me suis très vite rendue compte que les hypothèses et attentes de l’organisme, à savoir de pouvoir détecter au travers des archives une quelconque évolution de l’institution, n’était pas présente. C’est donc avec tact que j’ai dû aborder certaines thématiques avec les acteurs concernés afin de ne pas mettre en péril la suite de mon terrain. Étant soumise à l’évaluation, je devais également restée prudente lors de mes échanges avec le directeur de l’institution qui n’était autre que mon maître de stage.

Finalement, je me pencherai sur les effets que la restitution peut avoir sur les relations de pouvoirs. Cette question est apparue très vite lors de la réalisation de mon terrain. Il est en effet flagrant qu’il existe des relations de pouvoirs entre le directeur de l’institution et l’équipe de travailleurs sociaux, mais également au sein même de l’équipe. Je me devais alors d’être attentive aux moyens dont j’effectuerai ma restitution afin de ne pas créer de polémique ou d’accentuer d’avantage les tensions existantes. Le temps passé sur les lieux m’avait montré à plusieurs reprises qu’une petite étincelle s’enflamme rapidement au sein de l’institution.

Au travers de ces trois grands questionnements, j’espère apporter un éclairage intéressant sur les effets que peut avoir la restitution à un organisme travaillant dans un domaine aussi sensible que l’Aide à la jeunesse et mandatant un anthropologue pour réaliser un terrain précis.

 

La sieste dans un jardin d’enfants de pédagogie Steiner (Province de Liège, Belgique). Conte chanté, aquarelle et photo-langage : penser les outils de la restitution

Elodie Willemsen

Etudiante en 2ème Master en anthropologie

Université de Liège, Belgique

La  réflexion que je propose s’appuie sur un stage réalisé de mars à août 2016 dans un jardin d’enfants de pédagogie Steiner (Province de Liège, Belgique) accueillant des enfants de 2 à 7 ans. Ce stage était au programme du module «enfance, familles et institutions» du master d’anthropologie de l’ulg. Un rapport de stage a été rédigé et voici les deux thèmes ayant été sélectionnés pour la restitution : l’adaptation des enfants à deux écoles au fonctionnement différent (jardin d’enfants Steiner et école maternelle) avec l’exemple-type de la sieste et la question de la pluralité des temporalités vécues par les enfants (jardin d’enfants, école maternelle, famille). C’est dans ce contexte qu’une restitution aux enfants et aux parents a été pensée de manière distincte.

Cette restitution a pris une forme particulière, inspirée par les diverses méthodes pédagogiques utilisées au jardin d’enfants Steiner. J’ai choisi le thème de la sieste car c’est dans ce moment de l’endormissement et du réveil que j’ai été davantage présente avec les enfants. J’ai alors construit «Un bout rimé», mélange de chanson et de conte, accompagné d’un ukulélé ; celui-ci estinspiré de diverses observations de terrain autour de ce moment spécifique, de lectures d’histoires pour enfants et de travaux anthropologiques traitant de la sieste. Par ailleurs, j’ai présenté aux enfants des formes non verbales et imagées : une interprétation personnelle des états que l’on traverse lorsque l’on s’endort avec 5 aquarelles cartonnées pour qu’ils puissent les manipuler, ainsi qu’un photolangage composé de 12 images plastifiées de bébés qui dorment de différentes façons à travers le monde. Je m’attarderai ici sur l’importance des matériaux et modes à sélectionner lorsque l’on veut restituer un message aux jeunes enfants, la compréhension se faisant par l’expérimentation et passant essentiellement par le corps.

Pour ce qui est de la restitution aux parents, les enfants ont été pris en compte. Cela était une necessité puisque c’est à leur sujet que la restitution aux parents a été pensée, notamment avec l’exemple des différentes temporalités vécues au jardin d’enfants et en dehors et l’impact observable que celles-ci peuvent avoir sur l’enfant.

Je terminerai par quelques exemples du déroulement des deux volets de  cette restitution en abordant notamment les réactions des enfants. Enfin, j’aborderai les conséquences que la restitution a eue dans les faits à partir de l’exemple d’un mail envoyé par une des mamans.

 

Les outils visuels et la recherche auprès des jeunes enfants : des formes de restitution aux acteurs

Carmen Maria Sanchez Caro

C. Carmen Draghici, Doctorantes

Université Paris 13

Sorbonne Paris Cité, Centre de recherche EXPERICE

A partir des données recueillis dans deux recherches ethnographiques en cours sur les expériences des jeunes enfants dans des lieux d’accueil de la petite enfance en France et en Colombie, cette communication se propose d’ouvrir une réflexion sur les outils visuels en tant que formes de restitution moins formelles et informelles (Bergier, 1994). Plusieurs recherches auprès des enfants utilisent les méthodologies visuelles, soit pour le caractère itératif de la vidéo (Tobin, 1989), ou bien parce qu’elles permettent une « validation éthique » des données envers les enfants (Fleer et Ridgway, 2013).

Pour répondre à notre intention de saisir le point de vue des acteurs (enfants, parents et professionnels), une approche mosaïque (Clark et Moss, 2001) a été mise en place. En utilisant plusieurs outils pour écouter les « cent langages » (Malaguzzi, 1993) des enfants, cette multi-méthode vise à prendre au sérieux le point de vue des enfants, parmi d’autres points de vue (des adultes proches) (Garnier et Rayna, 2017).

Les méthodes visuelles sont utilisées et adaptées selon les attentes et objectifs des deux recherches, avec un point en commun : la participation des jeunes enfants. Dans le cas de la recherche en banlieue parisienne, la chercheure invite les enfants à prendre de photos et se promener avec elle, tout en les filmant, afin de mieux comprendre leurs expériences à l’école maternelle. A Bogota, la chercheure se sert des vidéos pour créer des montages de la journée des enfants suivis, afin d’enrichir les discussions avec leurs familles et les enfants sur leurs expériences.

Dans un premier temps, une présentation de la démarche méthodologique est envisagée. Ensuite, nous analyserons ces outils visuels et les proposerons comme des formes de restitution, en trois sens : comme un outil qui favorise l’échange durant l’enquête et la co-production du savoir ; comme une forme préétablie pour privilégier l’échange avec les acteurs après l’enquête de terrain; et comme un rendu « non-formel » (Zonabend, 1994) aux participants.

Une seconde partie de la communication nous permettra d’engager une démarche réflexive, afin d’interroger le « devoir de restitution » en rapport avec des formes de restitution moins formelles. Cet aspect est en étroit lien avec l’implication du chercheur dans la recherche, mais aussi avec la question du « donner sens » (Dalberg et Moss, 1999) ou encore de permettre aux acteurs de faire partie en tant que « co-chercheurs ». Ainsi, nous partagerons nos expériences, nos outils et nos questionnements autour de la recherche avec les enfants, et ce qu’ils nous ont appris sur le travail du chercheur et sur la notion de restitution. Pour finir, nous proposerons une discussion sur la dimension « culturelle » de la restitution, compte tenu de nos terrains dans des contextes culturels différents des lieux d’accueil pour la petite enfance en France et en Colombie, avec des variations propres à ces contextes et ces participants. Nous traiterons les formes de restitutions comme des pratiques culturelles en soi (Rogoff, 2006), en interrogeant également les éventuelles attentes des participants envers ces pratiques.


Deja una respuesta

Tu dirección de correo electrónico no será publicada.

Este sitio usa Akismet para reducir el spam. Aprende cómo se procesan los datos de tus comentarios.

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search